image_slider

Le village

Histoire du village

Village st leger les melezes champsaur

La fondation du village de Saint-Léger est plutôt difficile à dater puisque les documents écrits n'apparaissent qu'au 15ème siècle.
Les seuls éléments sont les chartes des ordres religieux, heureusement conservées. Comme la plupart des villages de la vallée,  la fondation de St-Léger pourrait se situer vers l'an 1000.
D'après les vestiges trouvés, nous savons que dès l'âge de bronze (1500 avant Jésus Christ) la vallée était habitée. Au temps de l'invasion romaine, Jules César appelait tricoriens les habitants de la vallée du Drac .Nous savons qu'une route secondaire reliait le Col de Manse à Orcières, au sud du village actuel, à l' endroit encore appelé " Les Routes ", mais sans indication d'habitat ; on peut supposer que s'il y avait une route, le site devait être peuplé.
A partir de l'an 500 débutent les grandes invasions : Lombards, Burgondes, et surtout, vers l'an 700, les Sarrazins qui occupent tout le pays.
En l'an 980, St-Mayeul, abbé de Cluny (personnage de l'église très important à l'époque) est arrêté près de chez nous par les Sarrazins ; c'est le début de la "conquête des Alpes "par les Comtes de Provence pour libérer la région des bandes arabes.
C’est à cette époque que débutent la construction des châteaux : la féodalité s'installe avec le régime des seigneurs locaux, la population se sédentarise, et les villages se construisent.
Saint Léger appartient au mandement du Comte de Faudon (baile ou représentant du Comte de Provence).
A l’époque, le village se nomme encore "Le Serre " (petite colline) au sommet duquel fut édifiée la maison forte.
La paix revenue, les moines évangélisent le pays ; ceux de St-André de Gap fondent un prieuré et une église à Saint-Léger (sans doute en hommage à l'ancien évêque d’Autun, que les moines de Gap, filiale de Cluny, portaient en vénération).

Pendant deux siècles, le village se développe sous l’entière autorité des seigneurs. Vers 1250, le mandement de Faudon passe sous l'autorité du Dauphin, et bénéficie de plusieurs libertés: droit d'élire des  consuls (délégués  communaux), droit de fournage (d'avoir un four banal ou commun), droit de pâturage, droit d'arrosage (c'est en 1250 qu' est creusé le canal d' Ancelle à St-Léger).
Peu à peu, les gens se libèrent du Seigneur, aidés par le Dauphin.
La population augmente, l'agriculture se développe : la principale ressource  étant l'élevage de mouton.
En 1335, au recensement delphinal, St-Léger compte 77 feux (familles), ce qui, avec une moyenne de 6 personnes par foyer, représente près de 500 habitants. Mais, les famines et les épidémies  en décimeront plus de la moitié.
En 1921, le vieux village de Saint-Léger a été détruit par un incendie, seul le château, l’église, le presbytère et quelques maisons furent épargnées.
En 1966, avec un conseil municipal rajeuni, le Maire, Jean Ariey, décide de créer une station de ski à Saint-Léger. Les 3 premiers téléskis fonctionnent dès l’hiver 1967-1968.

Retour à la page Histoire et patrimoine.